L'USS Arizona attaqué à Pearl Harbor

L'USS Arizona attaqué à Pearl Harbor

Le 7 décembre 1941, les Japonais ont coulé l'USS Arizona à Pearl Harbor, tuant plus de 1 100 soldats américains. Quelqu'un à bord de l'Arizona a-t-il survécu ?


Une réflexion sur &ldquo History of the USS Arizona Memorial &rdquo

Mon beau-père y était stationné pendant la Seconde Guerre mondiale. Nous avons des photos originales signées par l'amiral Nimitz, l'amiral Ring, le contre-amiral Spruance et une autre signée par le vice-amiral, chef d'état-major de la zone océan Pacifique. J'aimerais savoir qui il est. Dans chacune de ces photos, ils le remercient pour son service. Recevez-vous des dons de photos ou avez-vous des informations sur qui aimerait ou afficher ces photos ? Nous arrivons à Honolulu dans 2 semaines et aimerions les amener. Apprécierait n'importe quelle aide indoning ces derniers.


Les années 30

Rassembler un équipage

Un matin de printemps dans le port au large de San Pedro, en Californie, deux marins aux pieds nus ont poussé des raclettes en caoutchouc sur la plage arrière en bois de teck de l'USS Arizona. Le pont nécessitait des soins quotidiens pour protéger la surface du soleil et de l'eau salée, une tâche monotone généralement confiée aux nouveaux membres d'équipage.

Après quelques minutes de plus, une voix à travers le pont a appelé à une pause. Les hommes avec les raclettes – presque tout le monde les avait reconnus comme James Cagney et Pat O'Brien – se sont levés et sont partis à pied et l'équipe de tournage s'est préparée pour le prochain plan.

Une grande partie de la flotte de combat de la marine américaine s'était rassemblée à New York cette semaine-là, à la vue du public et du président Franklin Roosevelt. L'Arizona était resté à son port d'attache pour effectuer une mission d'un autre genre, qui le mettrait à la vue d'un public plus large.

Le navire avait décroché un rôle principal dans le nouveau film de Warner Brothers, qui sortirait en salles plus tard cette année-là, en 1934, sous le titre "Here Comes the Navy". C'était une comédie sur un couple de marins débiles et la fille que l'un d'eux veut épouser, une histoire inoffensive qui mettrait l'un des cuirassés de la Marine sur des milliers d'écrans de cinéma.

Affiche du film de 1934 avec James Cagney. C'était une comédie sur un couple de marins débiles et la fille que l'un d'eux veut épouser. (Photo : Warner Bros.)

Pour l'équipage de l'Arizona, le tournage a apporté un changement de rythme bienvenu après des mois d'exercices de flotte et de remorquage de cibles au large des côtes californiennes. Le navire avait parcouru beaucoup de kilomètres au cours de l'année écoulée, traversant le canal de Panama, plongeant sous l'équateur, remontant la côte ouest et retour, faisant partie de la routine en temps de paix de la Marine.

Bien que mis en service juste avant que les États-Unis n'entrent dans la Première Guerre mondiale, l'équipage de l'Arizona n'avait jamais tiré avec les canons du navire au combat. Le navire est resté aux États-Unis pendant la guerre, parfois mis à l'écart par des turbines de moteur gênantes, qui avaient mal fonctionné depuis le début, et à d'autres parce que le pétrole qu'il brûlait était moins facilement disponible que le charbon requis par les navires plus anciens de la flotte.

Amarré en Virginie, l'Arizona a abandonné certains de ses canons de 5 pouces pour armer les cargos qui traversaient l'Atlantique. Les équipages se sont entraînés à l'aide des canons restants de l'Arizona et le navire a participé à des exercices de flotte et à des jeux de guerre, obtenant des notes élevées dans les compétitions impliquant les canons de 14 pouces.

En décembre 1918, l'Arizona se dirigea enfin vers l'Europe, mais comme escorte du paquebot George Washington, qui emmena le président Wilson aux négociations du traité de paix de Paris.

L'horizon de la ville de New York et le pont de Brooklyn peuvent être vus derrière l'USS Arizona alors que le navire quitte New York pour aider à escorter le président Wilson à la Conférence de paix de Paris en décembre 1918 à la fin de la Première Guerre mondiale. façon deux ans plus tôt, il n'a jamais combattu dans la guerre. (Photo: Photo avec l'aimable autorisation des collections spéciales de l'Université de l'Arizona)

Les toits de la ville en 2014. (Photo : Pat Shannahan/The Republic)

Au mois de mai suivant, Wilson envoya l'Arizona et trois destroyers américains en mer Méditerranée, où les tensions s'étaient intensifiées dans un différend de traité entre la Grèce, la Turquie et l'Italie. L'équipage de l'Arizona se tenait prêt à débarquer si les combats s'aggravaient, mais finalement, les Américains n'intervinrent pas.

Trois ans plus tard, en 1921, l'Arizona est affecté à la flotte du Pacifique, mouillant dans le port de Los Angeles. Le déménagement, il s'est avéré, était permanent.

Ken Potts travaillait dans une ferme équestre dans le Missouri en 1939. Les heures étaient longues, les conditions étaient sales, le travail monotone. Mais c'était un travail.

Comme des millions de jeunes hommes dans les années 1930, Potts était reconnaissant de toucher un chèque de paie régulier. Avant cela, il avait travaillé comme menuisier, un travail syndical payé 75 cents de l'heure, mais les heures n'étaient pas fiables.

Il avait quitté la ferme familiale près de Honey Bend, dans l'Illinois, à l'adolescence. Les temps étaient durs là-bas. Il a abandonné l'école après la huitième année parce que le lycée aurait été une marche de sept milles. Il avait marché un mile et quart jusqu'à l'école primaire, traversant parfois un ruisseau inondé à cheval.

Alors qu'il réfléchissait à ses options, il se souvint d'avoir vu un film sur la Garde côtière.

« Je n'ai jamais vu l'océan », pensa-t-il. "Peut-être que c'est la façon de faire."

Il s'est arrêté à un poste de recrutement et on lui a dit que le gardien n'avait pas besoin de nouvelles recrues. Il a pesé ses choix et a choisi la Marine.

"La Marine est propre," raisonna-t-il. "L'armée… marcher dans la boue n'est pas pour moi."

Il a terminé sa formation de base dans l'Illinois et a été envoyé à Long Beach pour attendre son affectation.

À quelques centaines de kilomètres à l'ouest, Lou Conter travaillait de nuit chez Swift and Co., une entreprise de conditionnement de viande florissante à Denver. Il avait décroché un emploi parce que son père y travaillait et il savait qu'il avait de la chance. Il avait croisé une centaine d'autres gars qui faisaient la queue pour postuler à un emploi.

Conter venait juste d'obtenir son diplôme d'études secondaires et il prévoyait d'aller à l'université dans le Colorado. Il jouerait au football, mais au-delà, il hésitait encore.

Un jour, l'un des copains de Conter s'est présenté avec son frère aîné, qui était en congé de la Marine. Le frère se dirigeait vers le poste de recrutement pour se ré-enrôler et Conter accepta de les accompagner tous les deux.

Le recruteur a convaincu Conter et son ami de passer le test d'enrôlement, promettant qu'ils n'auraient pas à prendre de décision car la Marine avait une liste d'attente de 90 jours pour les nouveaux marins.

Un matin, sa mère l'a poussé à sortir du sommeil avec un appel téléphonique.

"Ils demandent Louis Anthony Conter", a-t-elle déclaré. "As-tu des problèmes?"

Conter répondit. C'était quelqu'un de la Marine. Ils avaient un groupe qui se dirigeait vers l'entraînement de base ce soir-là, mais quatre d'entre eux ont échoué à leurs examens physiques. Conter était-il toujours intéressé ?

Encore groggy, il a accepté de se rencontrer au poste de recrutement. Quelques heures plus tard, il a appelé sa petite amie et sa mère et il a récupéré son dernier chèque de paie chez Swift. A 5h45, il était dans un train pour San Diego.

Faites une visite virtuelle du cuirassé USS Arizona. Quand il a été construit, c'était le plus grand cuirassé du monde.

À l'aube de 1939, l'USS Arizona a pénétré dans Puget Sound près de Seattle et a amarré au chantier naval de Bremerton. L'Arizona devait subir des travaux d'entretien et de réapprovisionnement et resterait en cale sèche pendant près d'un mois, sorti de l'eau afin que les équipages puissent nettoyer et réparer les parties du navire habituellement submergées.

L'USS Arizona en cale sèche, vu d'en haut. (Photo : Collections spéciales de l'Université d'Arizona)

Un passage en cale sèche était une routine pour les navires de la Marine. Périodiquement, la cale sèche signifiait une révision plus longue.

En 1929, l'Arizona a subi d'importantes mises à jour. La superstructure au-dessus du pont a été remplacée. De nouveaux mâts tripodes ont été installés avec des structures qui abritaient l'équipement de contrôle des gros canons du navire. Un blindage de pont plus épais protégeait les zones critiques du navire. Les turbines balky ont été remplacées. Le navire est sorti plus fort et avec une plus grande puissance de feu.

L'USS Arizona en 1931, après avoir terminé un programme de modernisation au U.S. Navy Yard à Portsmith, en Virginie (Photo : Archives nationales)

En 1939, les quatre grosses tourelles de l'Arizona contenaient chacune trois canons de 14 pouces. Les canons des fusils mesuraient 52 pieds de long et pesaient 70 tonnes chacun. Ils pouvaient tirer un obus jusqu'à 20 milles.

Le navire transportait également 12 canons simples, chacun de 5 pouces, de calibre 51, et huit canons anti-aériens de 5 pouces et de 25 calibres.

Par une froide journée de février, Lauren Bruner a essayé de tout comprendre. Il avait déjà vu des navires à Puget Sound lors de visites depuis son domicile près d'Olympia, mais il n'avait jamais vu un puissant cuirassé assis dans les supports en bois, le sommet exposé à bas.

Bruner faisait son rapport pour sa première mission. Il s'était enrôlé dans la Marine environ neuf mois plus tôt, mais avait dû attendre ses 18 ans. Il avait quitté sa petite ville natale en plaisantant sur le fait que quelqu'un devrait changer le panneau de "Population 1 151" à 1 150.

Le chantier naval bourdonnait d'activité alors qu'il suivait les instructions qui lui étaient données. Des hommes s'accrochaient au bord du navire, raclant les balanes. D'autres hommes ont écaillé la peinture. À bord, les marins ont peint, nettoyé, transporté les ordures et les provisions.

Bruner a fait son devoir de pont comme le faisaient la plupart des nouveaux matelots. Au moment où l'Arizona a quitté Puget Sound en mars, il avait appris sa routine, principalement en récurant les ponts ou en écaillant la peinture pour les retouches.

Il dormait sur un hamac, attaché à six pieds au-dessus du pont en acier. Chaque nuit, les membres d'équipage attachaient leurs hamacs et transpiraient la nuit, puis les rangeaient le matin. Bruner a appris à monter et descendre et à se déplacer sans dégringoler.

L'Arizona a navigué le long de la côte et a rencontré l'Oklahoma pour des exercices de force de débarquement et des exercices anti-aériens. Le navire est resté près de son port d'attache de Los Angeles pendant quelques semaines, a remonté la côte jusqu'à San Francisco et est retourné à Seattle pour des manœuvres tactiques avec d'autres navires de la flotte.

Vers la fin de l'année, l'Arizona est de nouveau entré en cale sèche à Bremerton, puis est retourné à Los Angeles.

Fin décembre, Ken Potts est monté à bord du navire et fin janvier, après son initiation éclair et sa formation de base à San Diego, Lou Conter s'est présenté à son service. En avril, le navire a été envoyé à Pearl Harbor pour des exercices de flotte.

Le cuirassé a lancé de petits avions à partir d'une catapulte sur le pont. Plus tard, des grues les récupéraient dans l'eau. (Photo : Collections spéciales de l'Université d'Arizona)


USS Arizona attaqué à Pearl Harbor - HISTOIRE

Parti de New York le 4 janvier 1921, l'ARIZONA a rejoint la flotte alors qu'il naviguait vers la baie de Guantanamo et la zone du canal de Panama. Arrivé à Colon, du côté atlantique de la voie navigable isthmique, le 19 janvier 1921, l'ARIZONA a traversé le canal de Panama pour la première fois ce jour-là, arrivant à la baie de Panama le 20. En route pour Callao, au Pérou, le 22, la flotte y arriva neuf jours plus tard, le 31 janvier 1921, pour une visite de six jours. Pendant qu'elle était là, ARIZONA a reçu la visite du président du Pérou.

En route pour Balboa le 5 février 1921, l'ARIZONA est arrivé à destination le 14 en transitant à nouveau par le canal le lendemain de l'anniversaire de Washington, le cuirassé a atteint la baie de Guantanamo le 6 mars 1921. Il y a opéré jusqu'au 24 avril 1921, date à laquelle il a navigué pour New York , en passant par Hampton Roads. L'ARIZONA a atteint New York le 29 avril 1921 et y est restée en révision jusqu'au 15 juin 1921. Elle a fumé de là pour Hampton Roads à cette dernière date, et le 21 a quitté Cape Charles avec des observateurs de l'armée et de la marine pour assister aux bombardements expérimentaux du ex-sous-marin allemand U-117.

De retour à New York, le cuirassé y a cassé le drapeau du vice-amiral John D. McDonald (qui, en tant que capitaine, avait été le premier commandant de l'ARIZONA) le 1er juillet 1921 et a navigué pour le Panama et le Pérou le 9 juillet 1921. Il est arrivé au port de Callao le 22 juillet 1921 en tant que navire amiral de la Battle Force, Atlantic Fleet, pour observer les célébrations accompagnant l'année du centenaire de l'indépendance péruvienne. Le 27 juillet 1921, le vice-amiral McDonald a débarqué et a représenté les États-Unis lors de l'inauguration d'un monument commémorant les réalisations de Saint-Martin, qui avait libéré le Pérou du joug espagnol un siècle auparavant.

Naviguant vers la baie de Panama le 9 août 1921, l'ARIZONA est devenu le navire amiral de la division 7 des cuirassés lorsque le vice-amiral McDonald a transféré son drapeau au WYOMING (BB-33) et le contre-amiral Josiah S. McKean a brisé son drapeau à bord en tant que commandant de la division le 10 août. 1921 à Balboa. Le lendemain, le cuirassé partit pour San Diego et y arriva le 21 août 1921.


John Anderson

EN 1941 : MAÎTRE DE BATEAU 2E CLASSE

Son nom était Cactus Jack et pour ses fans du sud-est du Nouveau-Mexique, il était l'hôte à la voix douce de Sagebrush Serenade, un programme de musique country sur la radio KSWS.

Il était en studio le jour de la Saint-Valentin 1955 lorsqu'un jeune homme nerveux est entré. Il était la première partie de la superstar country Hank Snow ce soir-là à l'auditorium de la North High School. Il avait un disque, une nouvelle chanson qu'il essayait.

« Voulez-vous l'écouter ? » a demandé le jeune homme.

Jack haussa les épaules. "Bien sûr, voyons ça." Il posa le disque sur une platine et laissa tomber l'aiguille.

Ce qu'il a entendu n'était pas tout à fait de la musique country, mais il l'a aimé et il l'a dit au gamin. Song's a un peu de zip, a-t-il dit. Il a accepté de le jouer dans son émission.

La chanson, "Hound Dog" et le chanteur, Elvis Presley, se sont tous les deux plutôt bien passés, comme Cactus Jack s'en souvient.

Pour beaucoup de gens, rencontrer Elvis et jouer l'un de ses premiers disques à l'antenne peut sembler être l'un des jours vraiment inoubliables de la vie. Mais John Anderson, le premier maître de la Marine qui s'appelait Cactus Jack à l'antenne, avait déjà une bonne longueur d'avance.

Il avait pourchassé des soldats japonais le long des côtes chinoises trois ans avant que l'Amérique ne déclare la guerre au Japon. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il combat à Guadalcanal, à la bataille de la mer de Corail, à Okinawa et à Iwo Jima. Il a combattu le froid et la faim sur un navire presque mort dans l'océan au large de l'Alaska.

Après la guerre, il a travaillé comme cascadeur pour Orson Welles et John Wayne et a aidé à construire la maison d'Alan Ladd dans les collines à l'extérieur d'Hollywood.

Et il était à bord le 7 décembre 1941, lorsque les Japonais ont bombardé l'USS Arizona à Pearl Harbor, un moment charnière dans l'histoire, mais qui a frappé Anderson au plus profond de lui. Là, il a perdu son frère jumeau

"C'était une catastrophe sanglante, un bordel sanglant", dit-il. "Je ne pense pas que j'oublierai jamais ce que j'ai vu ce jour-là."

Anderson parle toujours de son frère, Delbert "Jake" Anderson, lorsqu'il raconte l'histoire de sa propre évasion du navire en feu.

Il est l'un des neuf survivants vivants de l'Arizona et, à 97 ans, il a accumulé une vie de jours inoubliables.

Anderson a grandi dans la vallée de la rivière Rouge, dans le nord du Minnesota, fils d'un éminent juge local. Il avait cinq frères, dont Jake, et quatre sœurs, tous regroupés si près d'âge que payer pour l'université n'était pas pratique pour leurs parents.

Dans sa jeunesse, Anderson a entendu des histoires sur la Marine de son oncle, un homme nommé Ray Stokes. Oncle Ray approchait de la fin de sa carrière en 1937 lorsque John et Jake décidèrent tous deux de s'enrôler.

John a été envoyé du camp d'entraînement de l'Illinois à Bremerton, dans l'État de Washington. Il a été brièvement affecté à l'Arizona, puis au Saratoga, un porte-avions, puis, alors que la Marine bricolait une fois de plus l'alignement de ses troupes, de retour en Arizona.

Avant que le grand cuirassé puisse quitter Puget Sound, Anderson s'est porté volontaire pour une autre mission, rejoignant la petite flotte asiatique le long de la côte chinoise.

Après Pearl Harbor et la guerre, Anderson a servi comme réserviste et est devenu une personnalité de la radio et de la télévision.
(Photo : avec l'aimable autorisation de John Anderson)

Anderson est monté à bord de l'USS Edsall, un destroyer qui a soutenu diverses actions militaires en mer et à terre. Le Japon et la Chine étaient à nouveau en guerre et l'Amérique essayait de protéger ses intérêts sans s'impliquer dans le conflit.

"Nous avons sauvé des gens sur des navires commerciaux sur les mers, nous avons sauvé des missionnaires à l'intérieur de la Chine, nous avons tiré sur une bande de pirates", a déclaré Anderson.

À Kulangsu, une colonie internationale sur une île au large de la côte sud de la Chine, l'unité d'Anderson a rencontré la Légion étrangère française, qui avait été acculée par des soldats japonais sur une haute crête.

"Je n'ai jamais vu autant de gars avec autant de courage", a-t-il déclaré. "Ils étaient cachés derrière des sacs de sable, mais ils n'ont jamais été touchés."

L'Edsall a navigué plus au nord, puis s'est dirigé vers les Philippines, où ils ont joué au baseball avec un groupe d'indigènes Moros, qui avaient combattu les États-Unis plus de 20 ans plus tôt.

"On nous a dit de faire attention à eux, ces gars étaient des assassins", a déclaré Anderson. "Nous nous sommes fait des amis. Nous sommes partis et n'avons jamais tiré sur eux. »

En 1940, Anderson s'est de nouveau rendu à l'Arizona, rejoignant son frère pour la première fois depuis qu'ils s'étaient enrôlés. Ils serviraient ensemble pendant un peu plus d'un an.

Le lendemain de l'attaque de Pearl Harbor, Anderson s'est porté volontaire pour servir sur le Macdonough, un destroyer qui a abattu au moins un des avions d'attaque japonais le 7 décembre.

Le navire se dirigea vers le Pacifique asiatique et bientôt Anderson poursuivit à nouveau les forces japonaises, mais cette fois les États-Unis étaient en guerre. Cette fois, l'objectif était clair.

Cet été-là, le navire s'est joint à d'autres pour l'invasion de Guadalcanal, dans les îles Salomon, l'un des premiers assauts majeurs contre le Japon par les Américains. Le Macdonough est resté jusqu'en septembre, puis est revenu en patrouille dans le Pacifique.

Au printemps 1943, le Macdonough se dirigea vers le nord en direction des îles Aléoutiennes, où le Japon tentait d'établir des bastions stratégiques capables de contrôler les voies de navigation et de contrecarrer les attaques alliées sur les îles japonaises.

"C'était un temps difficile, brumeux, il pleuvait du froid", a déclaré Anderson. "Nous y sommes, nous ne pouvons pas voir l'ennemi. Nous ne pouvons pas voir nos propres navires. Ensuite, nous avons été touchés."

Le Macdonough était entré en collision avec un autre destroyer, le Sicard. Le navire était mort dans l'eau. L'équipage a déchargé tout ce dont il pouvait se passer, pour maintenir la coque endommagée au-dessus de la ligne de flottaison. Ils savaient que le pétrolier Tippecanoe était là-bas, mais ne pouvaient pas la voir.

Finalement, le pétrolier a repéré le destroyer. Anderson a parlé à l'un des membres de l'équipage du pétrolier au sujet du remorquage du Macdonough. Le gars avec qui il parlait reconnut la voix d'Anderson et ils se rendirent compte qu'ils avaient servi ensemble dans la patrouille du Yangtze avant Pearl Harbor.

Le pétrolier les a remorqués jusqu'à Adak, en Alaska, et de là, un autre navire a emmené le destroyer paralysé à San Francisco pour des réparations.

Au cours de l'année suivante, Anderson traversera le Pacifique Sud, rejoignant d'autres navires dans l'assaut américain contre les îles Marshall, l'île Parry et les îles Palau. Le Macdonough effectuait souvent des patrouilles de piquetage, protégeant les autres troupes et se prémunissant contre les attaques kamikazes des avions japonais.

"Nous avons fait tant d'atterrissages", a déclaré Anderson. « Nous allions avec une équipe de débarquement ou nous fournissions de l'artillerie pour la force de débarquement. Parfois, nous n'atterrions jamais, mais nous gardions la ligne, toujours à l'affût des kamikazes.»

Un jour d'automne en 1945, John Anderson a vacillé sur la base d'un clocher d'église à 110 pieds au-dessus du sol. L'horloge du clocher a sonné et une statue d'un ange brandissant une épée a émergé d'une alcôve et a fait tomber Anderson du clocher.

"Coupez!" a crié un réalisateur. Un coordinateur des cascades a aidé Anderson à sortir du tas de caisses de cigarettes qui avaient amorti sa chute. Anderson avait terminé sa première journée en tant que cascadeur à Hollywood.

Le travail n'était pas ce à quoi il s'attendait en septembre, lorsqu'il a été démobilisé de la Marine. Il avait un billet de retour pour le Minnesota, mais a décidé de trouver un endroit où rester et d'élaborer un plan.

Alors qu'il passait devant un bar, toujours dans son uniforme de la Marine, un homme a sauté par la porte et a regardé Anderson de haut en bas, le surveillant de plus près que quelqu'un d'ordinaire le ferait.

« Qu'est-ce que vous regardez ? » Anderson a demandé à savoir.

« Vous », a dit le gars. "Es-tu dans la Marine ?"

"Je l'étais", a déclaré Anderson. "Je viens d'être démobilisé. La guerre est finie."

Delbert Anderson a été tué dans l'attaque contre l'USS Arizona. Son frère John Anderson a survécu. Tous deux se sont enrôlés dans la Marine en 1938. Delbert a servi tout son temps sur l'USS Arizona.
(Photo : Pat Shannahan, République de l'Arizona)

"Voulez-vous un travail?" Le gars lui a dit de se présenter à la porte d'entrée du studio de Sam Goldwyn à Hollywood lundi matin. Il a donné à Anderson le nom d'un contact là-bas.

Anderson a décidé qu'il n'avait rien à perdre. Après une première rencontre avec le garde à la porte ("Il y a trois semaines, je tirais sur des gens et je les tuais et je ne savais même pas qui ils étaient", a-t-il grogné contre le garde. "Vous, je le sais.") il a rencontré son contact et peu de temps après, il remplaçait Orson Welles dans une scène du film "The Stranger".

Il s'est avéré que la plupart des cascadeurs réguliers étaient encore dans l'armée. Les studios avaient besoin d'hommes durs capables de gérer des situations dangereuses. Le travail a payé 700 $.

"La prochaine chose que vous savez, je suis dans un film avec John Wayne", dit Anderson des années plus tard. "Je n'avais aucune partie parlante, mais je travaillais pour le studio et ils m'ont payé."

Il a fait la connaissance d'Alan Ladd, qui avait joué dans une série de films de guerre. Lorsque les cascadeurs réguliers sont revenus et que le studio a détaché les sous-marins, Ladd a embauché certains d'entre eux pour travailler sur sa maison dans les Holmby Hills au-dessus de Los Angeles.

La nuit, Anderson suivait des cours de météorologie et d'électronique, essayant d'acquérir des compétences qui pourraient l'aider à se démarquer parmi tous les militaires de retour.

Un jour, il s'est arrêté pour prendre un café au restaurant Brown Derby à Hollywood. Il sentit une tape sur son épaule. Il a vu Gene LaRocque, un homme avec qui il a servi à bord du Macdonough.

« Es-tu hors de la Marine, Andy ? » a demandé LaRocque. Quand Anderson a dit qu'il l'était, son vieil ami était incrédule. "Andy, tu as eu 12 ans des combats les plus maudits que j'aie jamais vus. Tu es l'homme le plus courageux que je connaisse. Vous ne pouvez pas quitter la Marine.

LaRocque a emmené Anderson à San Pedro, où son navire actuel était ancré. Il le présenta à d'autres officiers. À la fin de la journée, avait persuadé Anderson de s'inscrire dans la Réserve navale. Mettez au moins huit ans et vous aurez une pension, a-t-il promis.

Anderson servira encore 23 ans avant de finalement prendre sa retraite une fois de plus.

La route d'Anderson vers la cabine de radio a commencé à Hollywood, avec un test d'écran dans un studio où il avait travaillé. Il attendit le résultat. Tu as une belle voix, lui a-t-on dit. Pourquoi ne pas essayer la radio ?

Alors il l'a fait. Il a commencé sur une petite station, jouant de la musique d'orgue. Un administrateur de l'Université Eastern New Mexico à Portales, N.M., a entendu Anderson et l'a convaincu de rejoindre l'école pour aider à améliorer sa station de radio et démarrer une station de télévision.

Anderson a ramassé et a déménagé au Nouveau-Mexique. Il s'est heurté au directeur de la station de radio et a finalement démissionné. Ou s'est fait virer. Ou les deux. Cela a conduit à un emploi à Roswell, à la Sagebrush Serenade et à Elvis Presley.

« Ils jouaient de la musique country parce que les gens d'ici adoraient ça », dit Anderson. « Certains des navires sur lesquels j'étais avaient des gars qui aimaient jouer de la guitare, alors j'en savais quelque chose. Le propriétaire a dit : "Donnez-lui un nom et dites qui sont-ils. Tout ce que vous choisissez est bien. Vous êtes seul, tous les jours.

En tant que Cactus Jack, Anderson a fait quelques concessions à son passé marin.

"J'ai nettoyé ma langue", dit-il, admettant avoir déployé un vocabulaire salé, même après avoir quitté le service actif. "Au service, si vous n'utilisiez pas de mots méchants, vous n'étiez pas un bon marin."

Quelques années plus tard, un nouveau propriétaire de station a montré à Anderson ses plans pour démarrer une station de télévision. Il a dit qu'il voulait qu'Anderson rejoigne l'équipe à l'antenne. Savait-il quelque chose en météorologie ?

Anderson sourit. A-t-il jamais. Bientôt, il est devenu l'un des premiers météorologues à la télévision et un incontournable du soir dans les maisons de Roswell, ou du moins celles qui ont une télévision.

Peu de temps après son retour à Pearl Harbor vers la fin de la guerre, Anderson a recherché certains des rapports de bataille du 7 décembre 1941. Il savait que son frère n'avait pas quitté l'Arizona vivant, mais il ne savait pas bien d'autre.

Il a trouvé un rapport d'un canonnier. Le rapport indique que la plupart des gars des batteries anti-aériennes, où Jake a combattu, ont été abattus au début de l'assaut. Lorsque la quatrième bombe a explosé dans la poudrière, tous ceux qui restaient ont été soufflés sur le côté.

Anderson est souvent retourné au mémorial de l'Arizona et y a emmené sa famille. Il a rencontré beaucoup de ses anciens amis et camarades de bord. Beaucoup sont morts depuis.

"C'est toujours une bonne chose pour moi de les voir", dit-il. "C'est ce dont je veux me souvenir. Les choses dont je ne veux pas me souvenir, c'est le sang.

Bien qu'il ait 97 ans, il a décidé qu'il ne pouvait pas manquer une dernière réunion cette année et il a acheté ses billets plus tôt. Il voulait une dernière journée inoubliable.

METTRE À JOUR: John Anderson est décédé en novembre 2015, moins d'un an après ce rapport.

Don Stratton s'est échappé avec Lauren Bruner en grimpant main dans la main sur une corde jusqu'à un navire voisin après avoir survécu à une boule de feu qui a englouti sa station de combat sur l'USS Arizona. Il a été libéré et réenrôlé quand il a récupéré. Il a refusé une mission aux États-Unis pour retourner à l'action dans le Pacifique Sud.

(Photo : Pat Shannahan/ La République d'Arizona)


Ces histoires de fantômes militaires vous feront vous cacher sous votre Woobie

Toutes les batailles livrées sur le sol américain au début de l'histoire américaine signifient que l'armée a sa juste part de fantômes. De la guerre d'indépendance à la Seconde Guerre mondiale, ces fantômes sont censés être ressentis dans les cimetières d'anciens combattants, sur les navires désaffectés et même dans les casernes où ils sont morts.

Bien que certains de ces esprits soient considérés comme inoffensifs, ces cinq histoires de fantômes militaires vous feront vous cacher sous votre woobie avec une lampe de poche.

L'USS Hornet

Mis en service en 1943, l'USS Hornet de la Marine a connu sa juste part de combat pendant la Seconde Guerre mondiale. Pendant qu'il était stationné dans le Pacifique, il a aidé à couler plus de 1 400 navires japonais. Cependant, au moins 300 marins sont morts à bord au cours de ses 27 années de service au combat, par accident et par suicide. Aujourd'hui musée, le Hornet abriterait un certain nombre de fantômes. Certains employés et visiteurs du musée rapportent avoir entendu des voix et avoir froid dans certaines parties du navire.

Le conservateur et ancien Navy SEAL Alan McKean a déclaré: «Je ne crois pas vraiment à tout cela. Mais j'ai vu ce que j'ai vu. Un jour, j'ai vu un officier en kaki descendre l'échelle jusqu'au pont suivant. Je l'ai suivi et il est parti. Je n'ai aucune explication à cela.

La bataille de l'Alamo

La bataille de l'Alamo en 1836 a été le point culminant de la lutte texane pour l'indépendance. Le site de San Antonio est désormais essentiellement un cimetière pour les 182 défenseurs texans et 1 600 soldats mexicains qui ont été tués ou blessés au combat. Leurs restes ont été démembrés, brûlés et jetés dans la rivière San Antonio, et des histoires d'activités paranormales ont fait surface quelques jours seulement après la bataille.

Le premier récit de fantômes à l'Alamo est survenu lorsque le général mexicain Juan Jose Andrade, qui a établi un camp à plusieurs kilomètres de là, a envoyé un colonel avec un contingent d'hommes brûler les corps des soldats d'Alamo pour empêcher la propagation de la maladie. Les hommes sont revenus à la place, ayant abandonné la mission, parce que six diablos ou "diables" gardaient le devant de l'ancienne mission d'Alamo.

Et au cours des 80 dernières années, les visiteurs du site ont rapporté avoir vu de petits garçons suivre en groupe avant de disparaître, entendre le bruit des sabots de chevaux sur le trottoir et apercevoir un homme étrange et un petit garçon sautant du toit de la mission Alamo.

Le champ de bataille de Cold Harbor

Cold Harbor Battlefield en Virginie a accueilli l'une des batailles les plus sanglantes de l'histoire américaine. Pendant la guerre civile, c'était le site de la campagne terrestre du lieutenant général de l'Union Ulysses S. Grant du 31 mai au 12 juin 1864. Lorsqu'elle s'est finalement terminée, les pertes confédérées ont atteint près de 5 000 et les pertes de l'Union ont été estimées à plus de 12 000 .

Les visiteurs du site rapportent avoir vu des apparitions de soldats errant sur le terrain ou effectuant des manœuvres de combat. Les orbes sont souvent repérés la nuit, et de nombreux habitants rapportent le bruit des chevaux qui frappent le long de la route 156. Certains disent même qu'ils peuvent sentir la poudre à canon dans l'air.

Le cimetière à côté du parc Battlefield serait hanté par une petite fille & aposs vêtue de blanc avec un bonnet et un très joli visage. La légende raconte qu'elle est morte en tombant de la fenêtre de la maison du Gravekeeper&aposs, qui existe toujours aujourd'hui. À l'occasion, vous pouvez même voir la petite fille jeter un œil par la fenêtre. La même maison serait également le lieu de sépulture d'une centaine de soldats de la guerre civile enterrés à la hâte.

L'USS Arizona

Pearl Harbor à Honolulu, Hawaï, marque le lieu de repos de 1 102 des 1 177 marins tués par une attaque japonaise sur l'USS Arizona lors de l'attaque de Pearl Harbor le 7 décembre 1941, qui a lancé les États-Unis dans la Seconde Guerre mondiale. Ceux qui sont morts ne sont pas partis en paix, ce qui rend Pearl Harbor mûr pour les fantômes.

L'un de ses fantômes les plus célèbres, « Charley », est là depuis si longtemps et sa présence est si bien documentée qu'il n'est pas rare que les agents locaux répondent « C'est juste Charley » lorsque les robinets d'eau s'ouvrent, que les stations de radio s'allument ou les lourdes portes se balancent inexplicablement. Cependant, il est inoffensif.

Beaucoup de ceux qui visitent le mémorial construit au-dessus de l'Arizona ressentent une tristesse et une douleur inexplicables. Mais l'une des histoires de fantômes les plus poignantes concerne un marin qui a été abattu après avoir quitté son poste lors des bombardements de Pearl Harbor. On dit qu'il hante le pont du navire coulé à marée basse.

La caserne Jefferson

La caserne Jefferson dans le Missouri a été ouverte le 23 octobre 1826, nommée en l'honneur de l'ancien président Thomas Jefferson décédé plus tôt cette année-là. Au cours de son histoire, il a été utilisé comme zone de rassemblement militaire et hôpital VA, et un cimetière y a été établi en 1863.

La plupart des histoires les plus effrayantes tournent autour du quartier général de la caserne. Un certain nombre de soldats qui ont occupé des postes de garde là-bas ont déclaré avoir vu une sentinelle fantomatique qui les défierait alors qu'ils étaient en poste. Il aurait un trou de balle sanglant et saignant dans la tête et serait si effrayant et agressif que certains gardes auraient déserté leur poste après l'avoir rencontré.

Selon la tradition, la sentinelle était un garde qui avait été tué lors d'un raid de munitions. On pense qu'il affronte les gardes vivants au poste parce qu'il est toujours en service et les considère comme des intrus ennemis.


Fact Check-Photo ne montre pas le drapeau sous-marin comme mémorial à Pearl Harbor, Hawaï

Une photo prétendant montrer un plongeur devant un énorme drapeau sous-marin situé sur un site commémoratif de Pearl Harbor à Hawaï est mal sous-titrée. La photo est accompagnée de l'affirmation selon laquelle le drapeau est remplacé par un plongeur tous les trois ans en mémoire de la frappe du 7 décembre 1941 sur la base américaine par les forces japonaises, déclenchant l'implication des États-Unis dans la Seconde Guerre mondiale. La photo, cependant, n'a pas été prise à Pearl Harbor.

Des exemples de messages identifiant incorrectement le navire sous-marin peuvent être vus ici et ici.

The Pearl Harbor National Memorial site (here) is home to the USS Arizona, USS Oklahoma, and the USS Utah memorials. The USS Arizona (here) and the USS Utah (www.ussutah1941.org/) have remained submerged since the attack on Pearl Harbor. A Smithsonian video about the attack can be seen here .

The photograph in these claims, however, was not taken at the Pearl Harbor Memorial Site.

The National Park Service website for Pearl Harbor, seen here , states, “Visibility can be very low due to the suspended sediment in the water column from boat traffic and stream runoff emptying into the harbor. Oil still leaks from the Arizona and is visible in photos from the National Park Service here and here .

The Underwater at the USS Arizona portion of the park website states that an estimated “half-million gallons of oil” remain inside the vessel. The Park Service says, “These conditions make the USS Arizona extremely difficult to photograph on a large scale.” Historical content from Britannica.com records seen here show “Pearl Harbor has an average depth of just 45 feet (13.7 meters), meaning that many ships that were “sunk” were resting with their decks well above the waterline.”

The depth displayed in the photo (with a fully submerged ship) circulating online further suggests this does not correspond to the more shallow seas at the Pearl Harbor shipwrecks.

Emily Pruitt, a spokesperson for National Park Service at the Pearl Harbor site, confirmed in an email statement to Reuters that “the photograph was not taken at Pearl Harbor, nor do we maintain any underwater flags.”

The image is actually from a 9-11 memorial flag deployment to the retired US Navy ship General Hoyt S. Vandenberg (keywest.com/vandenberg/about/) seen in CBC Radio Canada footage here . Still shots of the flag can be seen in online coverage from CBS 4 Miami here .

This sunken ship is located in the Florida Keys, not Hawaii. The vessel was repurposed as an artificial reef within the Florida Keys National Marine Sanctuary (here) and sank into 140 feet of water on May 27, 2009.

According to a spokesperson for the National Oceanic and & Atmospheric Administration’s Maritime History team, and confirmed by diver Joseph Weatherby, who led the team that sank the Vandenberg , the photo was taken on the Vandenberg.

Weatherby says the group is planning “another giant flag as well as a piece of the World Trade Center as a 20-year 9-11 Memorial as well.”


Rare Pearl Harbor Attack Footage

The forward magazine of USS SHAW (DD-373) explodes during the second Japanese attack wave. Footage of this explosion can be seen in the video below at about 2:16. Naval History and Heritage Command NH 86118.

Iconic images of U.S. Navy warships under attack and on fire at Pearl Harbor on 7 December 1941 are seared into the collective American memory. Yet the total amount of moving picture footage of the surprise Japanese attack in Hawaii is limited, with the same shots often repeated over and over again. Rare footage shot by CWO4 Clyde Daughtry from the deck of USS Argonne (AS 10), moored at the 1010 dock on that tragic day, remains one of the best pieces of filmed material of the attack. Unfortunately, the original copies of that film disappeared in the late 1960’s. What remains are a few badly deteriorated copies of a copy, one version of which remains in the collection of the Naval History and Heritage Command. In 1982, Don Montgomery of the Defense Audiovisual Agency, after years of investigation and correspondance with Daughtry, came upon a decent quality copy of the film at the Naval History and Heritage Command (at that time the Naval Historical Center) in Washington, DC. This copy of the film was found in the donated collection of Captain Mell A. Peterson, Jr., who had obtained it from his father, and it was the only known version of the film to exist. It is thanks to Montgomery’s foresight that we have the ability to watch any version of this film at all. He made six additional copies of the footage for safekeeping, donating one copy to the National Archives. The quality of this version of the film is uneven. Much of it is faded badly (the original footage was in color that has long since deteriorated), but you can still make out many key moments of the battle, including the battleship USS Nevada (BB 36) underway and firing back at the Japanese attackers.

Here’s a breakdown of what you’ll see in this film:

0:00 – 0:47: views of Battleship Row and Ford Island showing battleships on fire: capsized USS Oklahoma (BB 37), listing USS West Virginia (BB 48), burning USS Arizona (BB 39). Clearest view begins at 0:22. Aerial shots of Japanese aircraft and heavy flak are interspersed.

0:48 – 0:50: View down 1010 dock at cruiser USS Hélène (CL 50) and listing USS Oglala (CM 4), being pulled clear of the cruiser’s side

0:51 – 0:53: View in the sky of Japanese aircraft

0:54 – 1:21: USS Nevada underway and past the 1010 dock trying to reach open sea, being attacked with her guns firing back, she turns left and runs aground at Hospital Point. In the foreground, Oglala rolls over and sinks

1:22 – 2:05: Camera pans down Battleship Row again, showing West Virginia settling in with decreasing list, upturned hull of Oklahoma, with USS Maryland (BB 46) behind her. USS Tern (AM 31) is moored in foreground at 1010 dock. USS Saint Louis (CL 49) can be seen briefly heading down the channel firing her guns.

2:06 – 2:11: Injured men being carried on stretches on 1010 dock

2:12 – 2:16 : Drifting oil fires from Arizona engulf Californie

2:17 – 2:27: Destroyer USS Shaw‘s (DD 373) forward magazine explodes in a large fireball

2:28 – 2:48: Oil fire has drifted clear of Californie

2:49 – 2:54: USS Bleu (DD 387)heads down channel past burning oil fires for sea

2:55 – 3:00: Capsized Oglala sunken in foreground, while Shaw burns in the background

3:01 – 3:02: Japanese aircraft overhead

3:03 – 3:04: Shrapnel falls in water just off 1010 dock

3:05 – 4:08 : More views of Battleship Row and Ford Island, including Californie low in the water after torpedo hits

4:09 – 4:33: Another view of Oglala sunken beside dock

4:34 – 4:47: Pan across Californie low in the water, USS Vireo (AM 52) in foreground

4:48 – 4:55 : Pan across Ford Island showing American flag still flying

4:56 – 5:11: Film closes with American flag flying on the stern of USS Hélène (CL 50)


The USS Arizona – 5 Facts You May Not Know and 30 Photos

Most people are familiar with the iconic ship and the amazing memorial to her in Pearl Harbor. Here are some things you may not know and some great photos of her.

Dozens of Brothers Were Serving Aboard

There were 38 sets of brothers aboard the Arizona when the Japanese strike occurred. By the end of the attack, only 15 sets remained alive. Following this, U.S officials suggested that the practice of having siblings aboard the same ship should be discontinued. However, this was never enforced.

A Burial Ground for Survivors Also

The wreck of the USS Arizona currently lies in Pearl Harbor. Several of the crew members who survived the attack requested that this site serve as their burial ground. Cremated remains of these crewmen are put in an urn which would is placed under one of the ship’s gun turrets by a diver. The surviving crewmen see this as a way of getting back in touch with their fallen comrades.

U.S. Navy Lt. Terry Bewley, a chaplain, reads a prayer while the remains of Seaman 1st Class Wallace F. Quillin are handed to National Park Service divers during an interment at the USS Arizona Memoria

Elvis Presley Performed to Raise Funds for the Memorial

Around 10% of the total cost of the USS Arizona memorial was raised by the KING, Elvis Presley. About fifty thousand dollars was raised in a concert at Pearl Harbor’s Block Arena. This memorial is visited by millions of people yearly.

Elvis Presley

Arizona’s Flag Officer was First to be killed in the Pacific War

Les USS Arizona’s Rear Admiral, Isaac C. Kidd, died during the Japanese air strike on the ship. He turned out to be the first U.S Navy flag officer killed by enemy fire in the Pacific theaters. He was posthumously awarded the medal of honor.

Captain Isaac C. Kidd

Fuel Still Seeps From the Wreck of Arizona

Prior to the Pearl Harbor attack on 7th December 1941, the USS Arizona took on an enormous load of fuel in preparation for a trip later that month. During the attack, it began to leak out underwater. Fuel still seeps out of Arizona’s wreckage today at a rate of 8 liters per day. It is called “The Black Tears of Arizona.”

The “tears of the Arizona”. Oil slick visible on water’s surface above the sunken battleship. ©James G. Howes

The keel of the USS Arizona was laid down on 16th March 1914 and the ship was launched 15 months later. It was one of the two ships that made up the Pennsylvania class of warships and the largest navy ship at the time. The ship was commissioned in 1916 and was named after the Union’s newest state at that time, but it did not see any action in World War I.

USS Arizona in New York City

En 1918, Arizona sailed with 37 other ships to escort President Woodrow Wilson aboard the George Washington so he could attend the Paris peace conference. Les Arizona joined the Pacific fleet in 1931, was sent to Pearl Harbor in 1940, and it was there that the ship met the end of its career.

Photograph taken from a Japanese plane during the torpedo attack on Pearl Harbor.

During the attack on Pearl Harbor, the Arizona was attacked by ten Nakajima B5N torpedo bombers, hitting it from amidships to stern and in the bow area. The last bomb hit near the ship’s second turret, probably penetrating the armored deck and hitting the ammunition magazines at the ship’s forward section. This resulted in a cataclysmic explosion that destroyed the forward part of the ship and effectively tore the Arizona apart. The ship lost 1177 crewmen in that attack.

USS Arizona during the attack

Due to the level of damage inflicted on the Arizona in the Pearl Harbor attack, it was placed temporarily out of service on 29th December 1940 and by December 1942, its name was removed from the naval vessels register. It was scrapped and the salvaged armament reused on other ships.

More photos

USS Arizona. Underway during the 1930s.

Arizona (BB39) port bow, before being modernized at Norfolk Naval Shipyard between May 1929 and January 1930

USS Arizona. Underway during the 1930s.

The burning wreckage of the U.S. Navy battleship USS Arizona (BB-39) at Pearl Harbor, Hawaii.

USS Arizona (BB-39) sunk and burning furiously, 7 December 1941.

USS Arizona, Submerged off Ford Island, Pearl Harbor.

The burned-out, sunken wreck of USS Arizona (BB-39), photographed some days after the attack.

Arizona in the 1950s.

An aerial view of the USS Arizona Memorial

USS Arizona: collection of photographs of salvage operations at Pearl Harbor Naval Shipyard taken by the shipyard during the period following the Japanese attack on Pearl Harbor which initiated US participation in World War II. The photographs are found in a number of files in several shipyard records series.

USS Arizona (BB39) Foremast structure, conning tower, and top of turret

USS Arizona: Ship’s complement posing on her forecastle, forward turrets and superstructure, circa 1924.

USS Arizona, View from main mast. Bow projecting from water- forward

USS Arizona: collection of photographs of salvage operations at Pearl Harbor Naval Shipyard taken by the shipyard during the period following the Japanese attack on Pearl Harbor which initiated US participation in World War II. The photographs are found in a number of files in several shipyard records series.

USS Arizona Memorial

USS Arizona Memorial. By Ben Weir – CC BY-SA 3.0

USS Arizona memorial interior. The Shrine Room.

USS Abraham Lincoln (CVN-72) manning rails for USS Arizona

An NPS diver with the forward guns on the No. 1 Turret of the submerged USS Arizona (BB-39)

An NPS diver examines & documents the wreckage of the USS Arizona in 2015.

Steel Worker 1st Class Jesse Hamblin, with Underwater Construction Team (UCT) 2 Construction Dive Detachment (CDD) Alpha, spreads the ashes of his grandfather, WWII veteran Donald Booth, at the USS Arizona Memorial in Pearl Harbor.


Contenu

Conception and funding Edit

During and following the end of World War II, Arizona ' s wrecked superstructure was removed and efforts began to erect a memorial at the remaining submerged hull.

Robert Ripley, of Croyez-le ou non de Ripley ! fame, visited Pearl Harbor in 1942. Six years later, in 1948, he did a radio broadcast from Pearl Harbor. Following that broadcast, with the help of his longtime friend Doug Storer, he got in contact with the Department of the Navy. He wrote letters to Rear Admiral J.J. Manning of the Bureau of Yards and Docks regarding his desire for a permanent memorial.

While Ripley's original idea for a memorial was disregarded due to the cost, the Navy continued with the idea of creating a memorial. The Pacific War Memorial Commission was created in 1949 to build a permanent memorial in Hawaii. Admiral Arthur W. Radford, commander of the Pacific Fleet, attached a flag pole to the main mast of the Arizona in 1950, and began a tradition of hoisting and lowering the flag. In that same year a temporary memorial was built above the remaining portion of the deckhouse. [3] Radford requested funds for a national memorial in 1951 and 1952, but was denied because of budget constraints during the Korean War.

The Navy placed the first permanent memorial, a 10-foot (3 m)-tall basalt stone and plaque, over the mid-ship deckhouse on December 7, 1955. [4] President Dwight D. Eisenhower approved the creation of a National Memorial in 1958. Enabling legislation required the memorial, budgeted at $500,000, be privately financed however, $200,000 of the memorial cost was government subsidized.

Principal contributions [5] to the memorial included:

  • $50,000 Territory of Hawaiʻi initial contribution in 1958
  • $95,000 privately raised following a 1958 This Is Your Life television segment featuring Rear Admiral (ret.) Samuel G. Fuqua, [6]Medal of Honor recipient and the senior surviving officer from the Arizona
  • $64,000 from a March 25, 1961 benefit concert by Elvis Presley, [7] which was his final live performance until 1968
  • $40,000 from the sale of plastic models of the Arizona, in a partnership between the Fleet Reserve Association and Revell Model Company
  • $150,000 from federal funds in legislation initiated by Hawaii Senator Daniel Inouye in 1961

During planning stages, the memorial's purpose was the subject of competing visions. Some were eager to keep it a tribute to the sailors of the Arizona, while others expected a dedication to all who died in the Pacific theater. [8] In the end, the legislation authorizing and funding the memorial (HR 44, 1961) declared that the Arizona would "be maintained in honor and commemoration of the members of the Armed Forces of the United States who gave their lives to their country during the attack on Pearl Harbor, Hawaii, on December 7, 1941." [9] [8]

Design Edit

The national memorial was designed by Honolulu architect Alfred Preis, who was detained at Sand Island at the start of the war as an enemy of the country, because of his Austrian birth. [10] The United States Navy specified the memorial be in the form of a bridge floating above the ship and accommodating 200 people. [ citation requise ]

The 184-foot-long (56 m) structure has two peaks at each end connected by a sag in the center of the structure. Critics initially called the design a "squashed milk carton". [11]

The architecture of the USS Arizona Memorial is explained by Preis as, "Wherein the structure sags in the center but stands strong and vigorous at the ends, expresses initial defeat and ultimate victory . The overall effect is one of serenity. Overtones of sadness have been omitted, to permit the individual to contemplate his own personal responses . his innermost feelings." [12]

Description Edit

The national memorial has three main parts: entry, assembly room, and shrine. The central assembly room features seven large open windows on either wall and ceiling, to commemorate the date of the attack. Rumor says the 21 windows symbolically represents a 21-gun salute or 21 Marines standing at eternal parade rest over the tomb of the fallen, but guides at the site will confirm this was not the architect's intention. The memorial also has an opening in the floor overlooking the sunken decks. It is from this opening that visitors can pay their respects by tossing flowers in honor of the fallen sailors. In the past, leis were tossed in the water, but because string from leis poses a hazard to sea life, leis now are placed on guardrails in front of the names of the fallen.

Un des Arizona ' s three 19,585-pound (8,884 kg) anchors is displayed at the visitor center's entrance. (One of the other two is at the Arizona State Capitol in Phoenix.) One of the two ship's bells is in the visitor center. (Its twin is in the clock tower of the Student Memorial Center at the University of Arizona in Tucson.)

The shrine at the far end is a marble wall that bears the names of all those killed on Arizona, protected behind velvet ropes. To the left of the main wall is a small plaque which bears the names of thirty or so crew members who survived the 1941 sinking. Any surviving crew members of Arizona (or their families on their behalf) can have their ashes interred within the wreck by U.S. Navy divers [13]

Historique Modifier

L'USS Arizona Memorial was formally dedicated on May 30, 1962 (Memorial Day) by Texas Congressman and Chairman of Veteran Affairs Olin E. Teague and future-Governor John A. Burns.

It was listed on the National Register of Historic Places on October 15, 1966. While the wreck of the Arizona was declared a National Historic Landmark in 1989, the memorial does not share this status. Rather, it is listed separately from the wreck on the National Register of Historic Places. The joint administration of the memorial by the United States Navy and the National Park Service was established on September 9, 1980.

Oil leaking from the sunken battleship can still be seen rising from the wreckage to the water's surface. This oil is sometimes referred to as "the tears of the Arizona" [14] [15] or "black tears." [16] In a National Geographic feature published in 2001, concerns were expressed that the continued deterioration of the Arizona ' s bulkheads and oil tanks from saltwater corrosion could pose a significant environmental threat from a rupture, resulting in a significant release of oil. [17] The National Park Service states it has an ongoing program that closely monitors the submerged vessel's condition.

The Park Service, as part of its Centennial Initiative celebrating its 100th anniversary in 2016, developed a "mobile park" to tour the continental United States to increase exposure of the park. The mobile park also collected oral histories of the attack on Pearl Harbor. [18] [19]

Upon the deck of the battleship USS Missouri in Tokyo Bay, the Japanese surrendered to United States General Douglas MacArthur and Admiral Chester W. Nimitz, ending World War II. In 1999, Missouri was moved to Pearl Harbor from the United States west coast and docked behind, and in line, with USS Arizona, placing it perpendicular to the USS Arizona Memorial. The pairing of the two ships became an evocative symbol of the beginning and end of the United States' participation in the war.

USS Arizona Memorial staff initially criticized the placement of Missouri, saying the large battleship would "overshadow" the Arizona Memorial. To guard against this perception, Missouri was placed well back of the Arizona Memorial, and positioned in Pearl Harbor to prevent those participating in military ceremonies on Missouri ' s aft decks from seeing the Arizona Memorial. The decision to have Missouri ' s bow face the Memorial was intended to convey that Missouri now watches over the remains of Arizona so that those interred within Arizona ' s hull may rest in peace. These measures have helped preserve the identities of the Arizona Memorial and the Missouri Memorial, thereby improving the public's perception of having Arizona et Missouri in the same harbor. [20]


Voir la vidéo: Pearl Harbor Sinking of USS Arizona